En live sur Phénix
play.phenix.fm

Marguerite Thiam, déjà tout d’une grande

Alors que 2023 touche à sa fin et que nos oreilles se pré­parent déjà à accueillir les nou­veau­tés musi­cales qui ouvri­ront 2024, Phé­nix sou­hai­tait reve­nir sur un pro­jet qui a ponc­tué l’an­née avec une classe remarquable.

Avec seule­ment deux singles et une ving­taine de concerts, Mar­gue­rite Thiam a réus­si à consti­tuer en quelques mois, un public qu’elle a tenu en haleine jus­qu’au 6 décembre der­nier, date de sor­tie de son pre­mier EP : COMME LES GRANDS. À tra­vers sept titres, la chan­teuse se confie sur les vio­lences de son enfance et son ado­les­cence. Des drames qui ont pré­ci­pi­té son entrée pré­coce dans le monde des « grands ». Accom­pa­gnée de son frère Aliou et du com­po­si­teur Twins­ma­tic, Mar­gue­rite Thiam a cepen­dant pris le par­ti de nous livrer un pre­mier opus riche en mélo­dies entraî­nantes, car après tout, il  y a l’a­mour qui balaie tout…

À l’oc­ca­sion de son concert au Cargö le 10 novembre der­nier, Radio Phé­nix s’est entre­te­nue avec elle. On vous livre quatre aspects de son tra­vail, afin de sai­sir l’u­ni­vers de cette jeune artiste qui a déjà tout d’une grande.

COMME LES GRANDS, un EP chronologique

Avec son frère Aliou, Mar­gue­rite Thiam a pen­sé COMME LES GRANDS comme un EP chro­no­lo­gique. Chaque mor­ceau cor­res­pond à un âge dif­fé­rent. Avant d’être le nom de l’EP, « COMME LES GRANDS » est le titre du mor­ceau qui ouvre ce pre­mier opus. « C’est éga­le­ment le pre­mier son que j’ai sor­ti (en novembre 2022) car il per­met une meilleure com­pré­hen­sion de la suite pour les auditeur·ices. On raconte un vrai drame d’en­fance dans ce mor­ceau ». L’en­fance, mar­quée par la figure mater­nelle dont l’ombre oscille éga­le­ment dans la déchi­rante chan­son « DEUXIEME BOUTEILLE ». Autre figure pri­mor­diale : l’a­mou­reuse, qui a ins­pi­ré le single « PLUS RIEN N’EST GRAVE » et l’ul­time mor­ceau de l’EP : « RIEN NE POURRA T’EFFACER ». « Cette ren­contre est arri­vée au début de la com­po­si­tion de l’EP et est venue la bou­le­ver­ser. C’est ça la chute que je veux racon­ter : mal­gré toutes les vio­lences qui existent, plus rien n’est grave, car il y a l’a­mour ».

 

Une forte influence cinématographique

La pas­sion de Mar­gue­rite Thiam ? « Les thril­lers très trash ». Petite entorse à la règle cepen­dant pour Tita­nic, dont elle est abso­lu­ment « fan ».
Ses réfé­rences ? « Visuel­le­ment, Pao­lo Sor­ren­ti­no. Je sais que Sil­vio et les autres ou encore La Grande Bel­le­za sont des films qui ne plaisent pas à tout le monde, mais moi, ça me parle énor­mé­ment ». Mar­gue­rite Thiam aime aus­si citer le réa­li­sa­teur Pedro Almodó­var et son film Tout sur ma mère. « C’est un film qui parle d’un deuil, de com­ment est-ce qu’on sur­passe ce genre d’é­tape, com­ment on par­vient à dépas­ser cer­taines vio­lences, cer­taines dou­leurs. Pedro Almodó­var est très fort pour mon­trer toute la sub­ti­li­té que com­prend l’ex­pres­sion des émo­tions ». Mais s’il ne fal­lait en gar­der qu’un, Mar­gue­rite Thiam n’hé­site pas une seconde : « Fun­ny Games de Michael Han­neke. Ce film est une vraie réfé­rence dans ma vie ».  En effet, il suf­fit de vision­ner le der­nier clip en date de la com­po­si­trice « QUAND LA NUIT TOMBE » pour devi­ner l’im­pact du film sor­ti en 1997 sur son tra­vail. « Fun­ny Games, c’est très trash, brut. C’est presque de la vio­lence pour de la vio­lence, et c’est aus­si ça qu’on aime faire dans notre écri­ture. On a  une volon­té d’être brut. Par exemple, on a un mor­ceau où on parle de coke, on ne dit « la poudre blanche », on dit « la coke ».

Amel Bent + SCH = musique alternative 

Dif­fi­cile de qua­li­fier le style de Mar­gue­rite Thiam. Si des cou­plets sont par­fois rap­pés, comme dans « COMME LES GRANDS » ou « PLUS RIEN N’EST GRAVE », la jeune com­po­si­trice uti­lise sur­tout les nuances de sa voix pour appor­ter l’é­mo­tion à ses textes et l’élec­tro pour faire dan­ser. « Sur Spo­ti­fy, on nous classe dans la play­list ater­na­tive », s’a­muse-t-elle à répondre avec un sou­rire iro­nique. « Mes réfé­rences, c’est autant Amel Bent que SCH donc c’est très large. Dans mon EP, il y a du pia­no-voix, de l’élec­tro, par­fois même du R’n’B. Aujourd’­hui j’aime les pâtes, demain j’ai­me­rais peut-être les épi­nards…  » epx­lique celle qui prépre actuel­le­ment son pre­mier album et qui refuse de s’en­fer­mer dans un genre. « On veut des orchestres et en même temps on veut de la trap. On veut de tout ».

Ses coups de coeur de 2023

L’al­bum Encore de Zed Yun Pava­rot­ti, dont elle a fait les pre­mières par­ties, et 1.6 de Tif.

Pour écou­ter l’en­tre­tien entier avec Mar­gue­rite Thiam :

 

 

/